Blog posts

Afropolite TV: Empire

Afropolite TV: Empire

Culture et Lifestyle

Alors que la seconde saison de la série TV Empire s’achève bientôt aux US, j’ai pensé que c’était une bonne idée d’enfin donner notre avis sur cette série qui a fait grand bruit en 2014-2015. Mon avis portera sur la saison 1. Faute de temps, je n’ai pas encore entamé la saison 2.

“Empire’s impact on US TV is about more than just numbers, but get a load of these: episode one, 7 January this year on Fox, 9.9 million viewers. The finale, 10 weeks later: 17.6 million. It’s the biggest drama debut in a decade, posting ratings not seen since Lost and Grey’s Anatomy. If it’s a 10th as hot here, E4 just pulled off the acquisition of the year.” The gardian

Why Everyone Watched—And Talked About—”Empire”: Fastcompany

What ‘Empire’ Has Done Is Insane in the Modern Era of Television _ mic.com

EMPIRE: Lucious (Terrence Howard, second from L) gifts his sons in the special two-hour “Die But Once/Who I Am” Season Finale episode of EMPIRE airing Wednesday, March 18 (8:00-10:00 PM ET/PT) on FOX. Also pictured L-R: Jussie Smollett, Bryshere Gray and Trai Byers. CR: Chuck Hodes/FOX

Début 2015, au delà du succès d’audiences très remarqué au US, c’est le fait qu’une série au casting à majorité noir bénéficie d’un tel plébiscite qui a fait l’événement.

La couverture  médiatique fut d’une ampleur telle qu’il était impossible de l’éviter pour peu qu’on soit un minimum “connecté(e)”.

Rien de nouveau sous le soleil vous me direz? En effet, des séries télé afro-américaines ça n a rien de nouveau: de The cosby show à Ma famille d’abord en passant par Le prince de bel air, Blackish et Power, que nous avons commenté pour vous sur The Afropolite, les cas d’une distribution de rôles majoritairement noire de peau ne manquent pas. Oui mais le média de diffusion n’est pas anodin. A quelques exceptions près, les séries à casting majoritairement black étaient ou sont diffusées sur des chaînes communautaires tels que BET cas de la série récente Being Mary Jane et/ou sur le câble payant comme HBO cas du chef d’oeuvre -The wire.

Peu d’entre elles trouvent leur place sur des chaînes à grande diffusion telle que la Fox en primetime. La Fox est en effet la chaîne de 24 (24 heures chrono pour les francophones), Prison break, Ally Mac beal, Dr house et bien d’autres séries à succès qui ont accroché pas mal d’entre nous.

On peut résumer en disant que la Fox pour la série TV c’est du lourd.

Lee Daniels

En plus d’être diffusée et mise en avant sur une chaîne réputée pour ses séries à succès, la série a pour elle un show runner précédé d’une réputation de qualité.  Lee Daniels a réalisé “Precious” et “Le majordome” deux films touchant à la question de la communauté noire américaine sous des angles bien différents avec un succès commercial critique et populaire aux US.

Ces deux éléments apportaient une crédibilité a priori à la qualité de la série diffusée.

J’ai été également été interpellée par la présence d’acteurs reconnus au casting. Les deux personnages principaux sont joués par Tarajee P Henson et Terence Howard.

Ces valeurs sûres du cinéma noir américain en particulier avec les films de Tyler Perry (faut vraiment que je les regarde ces films) ont également connu une notoriété sur grand écran. Pour Terence Howard dans Collision et sur petit écran pour Tarajee Henson dans la série à succès  Person of interest.

Je suis donc partie avec un a priori très positif sur Empire. La combinaison d’un network à succès, d’un réalisateur de renom et d’acteurs principaux reconnus ça ne peut sûrement qu’annoncer de la qualité.

empire_cover_image.png.hashed.a01b6d69.747x420

De quoi parle donc Empire?

Lucious Lyon magnat de la musique urbaine afro américaine issu des bas fond de Philadelphie découvre qu’il est atteint d’une maladie dégénérative incurable. Il lui reste peu de temps à vivre et il se pose la question de sa succession et de sa postérité. Nous ne sommes pas face à une personne qui au crépuscule de sa vie veut corriger ses erreurs non mais face à une personne qui veut laisser un héritage, une marque. Il décide donc de réunir ses trois fils afin de les informer qu’ils seront mis en concurrence pour lui succéder à la tête de l’entreprise. Seul le plus digne d’entre eux prendra le siège de président de Empire.

La série ne renie pas son caractère soap opéra/télénovela . On a typiquement le cadre  d’une série à la Dynastie ou à la Dallas ou encore Top model et Les feux de l’amour (avec la qualité de la réalisation en plus tout de même).

Nous avons droit à une présentation très marquée des trois fils

  • André l’aîné est le business Man. Derrière son visage fermé aux traits doux se cache un homme d’affaire prêt à tout pour réussir mais surtout réussir à plaire à son père. Il part avec un handicap sérieux qui est son épouse blanche WASP qui, il faut l avouer, fait tâche au sein de ce milieu musical afro-américain.
  • Jamal le cadet est le fils homosexuel assumé, doué pour la musique et qui semble avoir le plus de recul sur tout. Il doit supporter en continu la désapprobation de son père au sujet de son orientation sexuelle et son choix de vivre avec un homme.
  • Hakim le benjamin et la tête brûlée . Le “rapper” menant grand train et à l’égo surdimensionné qui ne manque pas de talent, mais à qui on a manqué de mettre deux ou trois claques en grandissant.

Le tableau se complète d’un autre personnage la mère Cookie. L’ex épouse de Lucious est libérée de prison pour bonne conduite, du moins  c’est la raison officielle. Emprisonnée durant 17 ans pour trafic de drogue, elle n’a pas pu élever ses enfants et du coup donner quelques claques à Hakim et encore moins participer à la création de l’empire musical que dirige son ex époux. Mais très vite on comprend que Cookie a contribué bien plus que Lucious ne veut l’admettre à la création de Empire et elle est de retour pour prendre ce qui lui revient de plein droit .

La série dispose  d’une image de qualité ultra agréable. Les plans, les déplacements, les lieux sont tous idéaux. Contrairement à Power où on sentait la limitation budgétaire, Empire met le paquet et c’est réussi!

Une fois passé le plaisir visuel, on s’intéresse à l’histoire et ses multiples rebondissements, ses trahisons, ses secrets, les profondes blessures des uns, les mensonges, les vengeances et lâchetés des autres. C’est le soap dans sa plus grande expression.

Mais niveau qualité, on s’endort. En dehors des intermèdes musicaux plus ou moins réussis/ou réalistes, l’histoire tourne un peu en rond.

Terence Howard joue faux (c’est mon avis), Tarajee  P. Henson en fait trop, les fils sont caricaturaux à l’exception de Jamal qui a l’air d’être le seul vrai acteur du lot, et les seconds rôles sont des clichés:

  • la nouvelle petite copine bourgeoise métisse de Lucious
  • l’ancien producteur blanc sans scrupules qui exploite les noirs
  • l’assistante gros grains* sans classe de cookie

Les intrigues secondaires sont maladroites et la surutilisation des flashback est indigeste. Oui on a compris que Jamal a été traumatisé dans son enfance, et que Lucious vient du Ghetto.

Trop de pathos, trop de haussement de voix, trop de surjouages laissent une impression de ‘too much’. On n’échappe pas à certains clichés sur les banlieues noires des villes américaines et la violence du milieu du rap, très maladroitement présentée.

Pour avoir regardé d’autres série TV musicales, comme Glee ou Nashville, ce serait malhonnête de rester sur ces commentaires.

Quand on voit le succès qu’a eu Glee à ses débuts, Empire mérite largement son explosion médiatique. Ce n’est pas la série introspective du siècle, cela reste un divertissement assumé.

La présence de musique noire américaine mise en avant est si rare à la TV qu’il faut le savourer.

Je n’en suis pas une fan ultime. Mais je ne boude pas mon plaisir de voir un show TV à majorité noir truster l’audimat dans un pays où ce n’est pas toujours aisé d’être de cette couleur.

Afropolitude level: 4/5

*Gros grains : expression typiquement ivoirienne signifiant sans classe, peu raffinée…

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *