Blog posts

Gabon : Ali, « Bongo » ? Pas comme on l’entend

Gabon : Ali, « Bongo » ? Pas comme on l’entend

On reste poli, Politique et Economie

A peine remis de la petite phrase de Valls sur l’élection en 2009 de l’actuel président du Gabon (élu, mais pas « comme on l’entend »), d’aucuns se demandent si il ne s’agit pas là d’une étape supplémentaire vers le lâchage en règle d’Ali Bongo.

Gardes à vue

Etape supplémentaire ? A y voir de plus près, la pique polémique s’inscrit plutôt bien dans la série d’évènements troublant les relations diplomatiques entre la France et la présidence gabonaise. 2015 a vu les mises en garde à vue (intempestives ?) de deux proches de l’homme fort du pays : son directeur du cabinet à l’influence jugée incontestable, et un de ses amis, homme d’affaire de première importance.

French president Francois Hollande (R) talks with Gabon's president Ali Bongo Ondimba during the family photo during the COP21, United Nations Climate Change Conference, in Le Bourget, outside Paris, on November 30, 2015. More than 150 world leaders are meeting under heightened security, for the 21st Session of the Conference of the Parties to the United Nations Framework Convention on Climate Change (COP21/CMP11), also known as "Paris 2015" from November 30 to December 11. AFP PHOTO / POOL / MARTIN BUREAU / AFP / POOL / MARTIN BUREAU

Actes de naissance

Alors lorsque le Parisien du mercredi 27 janvier 2016 s’autorise à délivrer un article spécial évoquant les doutes sur l’authenticité des actes de naissances d’Ali Bongo (oui pas un mais des actes, ceux qui n’ont pas suivi la saga sont priés d’aller se mettre à jour), les plus sceptiques se posent des questions. Fin de la France-Afrique ? Diversion ? Pas de deux ? Un coup à la Frank Marshall, façon Breslau en 1912 ?

La sœur du président gabonais Ali Bongo a saisi un avocat pour faire valoir ses droits de succession à son père, Omar Bongo. C’est dans ce cadre que maître Eric Moutet a obtenu les actes de naissance de l’actuel président du Gabon. Selon l’avocat français, ces actes de naissance seraient des faux. Lui et sa cliente, Onaïda Maïsha Bongo Ondimba, réclament une enquête. Ce qui changerait non seulement les droits à la succession au sein de la famille Bongo, mais remettrait aussi en cause la candidature même d’Ali Bongo et sa fonction actuelle de président de la République du Gabon. (LE PARISIEN)

A quelques mois de la présidentielle gabonaise, les choses semblent s’accélérer… Mais, il est trop tôt pour tirer des conclusions : wait and see !

Pour plus d’informations : http://videos.leparisien.fr/video/gabon-doutes-sur-lacte-de-naissance-dali-bongo-27-01-2016-x3oogfs

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *