Blog posts

L’Afro fait-il Pro ?

L’Afro fait-il Pro ?

Afrolife, Culture et Lifestyle, Opinion

« Très bonne question! » me diraient certaines, « question non pertinente » me diraient d’autres. Et vous? Qu’en pensez-vous?

 Nous vivons dans un monde où les codes sociaux sont de plus en plus forts et où, parallèlement, une certaine identité noire s’affirme et se fait de plus en plus entendre. J’ai déjà écrit sur le sujet des cheveux naturels, crépus des femmes noires. La différence aujourd’hui est que j’ai moi-même les cheveux naturels et crépus! Et oui! J’ai fait THE changement et cela m’a fait réaliser pas mal de choses sur lesquelles je reviendrai plus bas.

Dans les sociétés occidentales où la majorité des femmes est caucasienne avec les cheveux lisses et ou la majorité des femmes noires se fait lisser les cheveux ou se fait mettre des rallonges de cheveux lisses, tout va bien, tout le monde se ressemble (ou presque). N’est-ce pas? Par contre, à partir du moment où la femme noire décide de se présenter au travail avec les cheveux crépus, tressés, ondulés, bref naturels et qu’elle travaille aux côtés de la femme caucasienne aux cheveux lisses, il y a une différence certaine qui se fait sentir et donc potentiellement une forme d’inconfort de part et d’autre.cover-2-working

Cheveux naturels ou défrisés?

Une décision doit alors être prise par la femme noire : garder ses cheveux naturels et les assumer ou céder aux regards inquisiteurs et se « re-fondre » à la masse en revenant aux cheveux lisses? Mon point de vue est le suivant : je commence de plus en plus à penser que les cheveux naturels de femmes noires peuvent et doivent absolument être acceptés dans la société dans laquelle nous vivons, mais je reste persuadée qu’ils doivent d’abord et avant tout être acceptés par les femmes noires elles-mêmes. Je m’explique.

Notre opinion face à nos cheveux

« Tu avais de si beaux cheveux, pourquoi les avoir abandonnés ? », « mes pauvres doigts !», « Au prochain rendez-vous, je te défrise les cheveux » voici certains des commentaires que j’ai entendus de coiffeuses noires au sujet de mes cheveux. Je vous épargne la non-délicatesse notoire avec laquelle les cheveux sont peignés et manipulés par ces dames. Les cheveux naturels, pour bon nombre de femmes noires, sont ceux qui sont défrisés chaque mois à coup de produits hautement chimiques. Produits d’ailleurs soupçonnés d’être la cause de maux souvent retrouvés chez les femmes noires. Nous avons grandi avec cette mentalité tenace selon laquelle les « beaux cheveux » sont ceux qui sont lisses. Enfant, je ne rêvais que d’une chose : avoir les beaux cheveux longs de mes Barbies blanches. J’en venais même à me demander pourquoi j’avais été malchanceuse au point d’avoir les cheveux « durs » que j’avais. J’ai depuis changé d’opinion et suis prête à mettre tous les efforts nécessaires pour avoir de beaux cheveux crépus. Je dis « efforts » car restons réalistes, ce n’est pas facile d’avoir les cheveux naturels.black-work-woman-2

En milieu de travail alors?

Il faut de la persévérance pour y arriver et laissez-moi vous dire que vous penserez à plusieurs reprises à revenir aux cheveux lisses, si faciles à peigner. Les huiles naturelles comme l’huile de ricin, l’huile d’argan et l’huile de coco seront vos meilleurs alliés avec ce type de cheveux et le beurre de karité, de ce que je me suis laissé dire, est aussi à rajouter à l’équation.

Au final

Je vous dirais que le plus important, dans un milieu corporatif, est comment vous vous sentez en face des collègues, des clients et des partenaires d’affaires que vous rencontrez. Serez-vous à l’aise en jeans et sandales de plage dans un tel milieu? Si vous avez une réponse à cette question, c’est que vous avez une bonne connaissance des codes vestimentaires de votre milieu de travail et c’est le premier pas dans la bonne direction. Alors, pour en revenir aux cheveux naturels, je vous donnerai quand même quelques conseils et des photos de coiffures plus bas pour vous inspirer. Ayez un look poli et propre : évitez les couleurs criardes, évitez les coiffures vous empêchant d’accomplir les tâches liées à votre emploi (enfiler un uniforme de travail par exemple) et garder toujours des cheveux en santé. Pour ce qui est de notre question centrale, je pense qu’elle demeure pertinente d’autant plus que la réponse à cette question vient avec l’abolition probable de clichés tirant leur origine dans l’histoire même des peuples noirs. Clichés qui ont été véhiculés de générations en générations (n’allons pas trop dans trop les détails et laissons l’histoire aux historiens!). Sans plus tarder, voici quelques looks que j’arborerais bien dans le milieu très corporatif dans lequel je travaille et que je vous propose pour inspiration. Enjoy !

Les locks

les-locks

Sourceles-locks-2

Source

 

L’Afro

lafro

Source

La Coiffure Haute

la-coiffure-haute

Source

la-coiffure-haute-2

Source

Les Longues Tresses

les-longues-tresses

Source

 

Les Cheveux Courts

les-cheveux-courts

Source

Vhyra est la créatrice de Pop Corn & Paillettes, un blog mode et beauté pour les femmes de tous âges. Sa passion dans la vie est d’inspirer les femmes tout en leur donnant des informations clé leur permettant de se mettre en valeur de façon simple et raffinée.

1 Comment

  1. Heidi
    15/11/2016 at 9:59 pm
    Reply

    Merci Vhyra pour cet article et les jolies coiffures. La question est pertinente et cela fait réfléchi. Quand j y pense, je suis mal à l aise avec la notion de coiffures pro. La première question que je me suis posée : y a t il des coiffures non pro? Pro par rapport au milieu spéficique ou aux yeux des blancs, aux yeux des autres noires non naturelles?
    Il n y  a pas longtemps, par exemple, les locks étaient décriés. Estampillée coiffure des rasta , des marginaux , des drogués, des bandits , c’est sale et ça ne fait pas pro. Aujourd’hui, je suis agréablement surprise de voir ds un portfolio pro. Alors quid des tresses au fil, des bantu knots, des coiffures de nis mamies reléguées à notre oeil moderne au rang de démodée, ringard. Quid des coiffures escargots, boule à zéro,  floflo…
    L’afro fait aussi pro que le cheveu caucasien fait pro. Point final en principe mais bon, on se connaît *smiley dépité * Ce n est pas la texture de ton grain qui enlève un poil à ta négritude.  Si le noir ne fait pas pro, que sa présence dans l équipe réduit la clientèle, si pr les rdv on hésite sur sa personne ,  si on manque d opportunités à cause de sa couleur de peau, polie ou pas la coiffure n y changera rien. T es noir , bah t es noir. On devrait même pas réfléchir sur la question , et pourtant on le fais, moi inclus. Le jour qu une femme noire ne se posera pas de question existentielle sur sa coiffure la veille d’un entretien d’embauche ou d une réunion importante, d’une présentation majeure, mais se concentrera sur la couleur de son rouge à lèvre, de la taille de ses escarpins ou bottines, on aura avancer d un grand pas dans l’estime de soi capillaire.
    On veut trop plaire aux autres. On attend qu ils valident nos décisions , nos choix , notre esthétique. C’est sur qu on devrait apprendre à aimer nos cheveux, nos coiffures, nos soins depuis le berceau. Mais ah.
    Jusqu à une starlette K. fasse des nattes africaines pour que ce soit chic et propre. Est ce la popularité d une coiffure qui définit son professionnalisme? Si dans un milieu strict, on dit chignon, tu viens avec ton chignon. Ok. La petite bête trouvera que c’est pas évident pour des cheveux crépus de faire en 2/3 mouvements un chignon ou même d avoir assez de longueur pr le faire. Mais même quand il n y a pas de règles prédéfinies ds un miles, une société, pourquoi c est tjs au noir de chercher le type de coiffures appropriées. Sur le point de la couleur , au moins on est sur le même pied d’égalité: violet , vert fluo ou rouge vif, ça passera mal pour tout le monde dans le milieu bancaire.
    Ok on doit éviter les faux pas pour réduire les risques d éjection, être le plus “intégré ” , le plus uniforme, le plus discret. S affirmer mais pas trop. Qu’à même!
    Mais en Afrique où on devrait s attendre à un regard bienveillant,  pfff c est là même que les critiques sont les plus acerbes , les plus violentes , piquantes, médisantes. Pourtant on est tous africains. quand y a une blanche sur la terre-mère, elle ne se pose pas la question de ressembler le plus à une africaine aux cheveux crépus pour respecter les codes.  La coiffure fait partie de la culture, on devrait être fiers de notre créativité. On ne devrait pas etre autant crisper de faire des tresses ou un shake n go. Eux peuvent garder la même coiffure 365/365, soit. Nous non! En tout cas rarement.et ce n’est même pas pour une question de coquetterie, la nature de notre cheveu ne le permet pas. C’est tout.  Tu ne peux pas faire un afro comme une caucasienne laisse ses cheveux au vent. Dès la base, ce sont pas les mêmes règles. Ce que je vois comme distinction dans les coiffures afro, ce sont les coiffures simples et complexes en fonction du temps mis dessus à la réaliser . Et encore , ça dépend de la personnalité de chacun. Si quelqu’un vient avec une coiffure de mariage , style chignon élaboré avec ses cheveux crépus, c’est pas un péché . Si une tantie s asseoit chez une coiffeuse pdt 10h et qu elle garde ses tresses pendant 3 mois (shampoing fréquent, question d hygiène) , well so what.
    Enfin bref , le sujet m a fait tiqué. Et j ai écrit en même temps que la réflexion. Définitivement, je pense que c’est pas normal de chercher à savoir si l afro fait pro.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *