Blog posts

Opinion -“Vous êtes de quel pays ?” – drague foireuse

Opinion -“Vous êtes de quel pays ?” – drague foireuse

Uncategorized

Il y a quelques années, je discutais avec des amies du sujet des dragueurs du bengue (France) et de leur phrase clé  “Vous êtes de quelle origine ?”  ou de sa variante “Vous êtes de quel pays?”. En toute franchise, elle me saoule cette question.

Un gars vient te draguer après le “bonjour” directement, suit cette question. C’est limite si on ne te demandait pas ton passeport.

Un collègue te rencontre la première fois, direct il te demande ton pedigree.

Un inconnu dans le métro ou le bus veut établir le contact, on peut parier que la question tombe dans les 5 premières secondes.

Cette question est beaucoup plus souvent posée par des dragueurs afrodescendants, mais les européens pure souche comme on le dit souvent ne sont pas en reste.

Dans le contexte de la drague, franchement c’est bidon. Je persiste et je signe : “ça ne mène à rien”.

Tenez, voici une expérience (forcément à charge) que je tiens à vous raconter :

Souvenir 1

Étudiante dans le bus, un jeune homme s’installe à côté de moi. Au bout de quelques minutes, il établit le contact :

Lui : Bonjour

Moi : Bonjour

Lui : Tu vis à “nom de la ville”? T’es étudiante?

Moi : Oui

Lui : Moi aussi.

Franchement il n’avait pas l’air d’un étudiant mais plus d’un gars qui traîne. Mais bon, passons.

Lui : Tu es de quel pays?

Moi : Ici.

Ben ouais, ça me saoule mais essayons de voir ce que ça peut donner.

Lui un peu étonné : Oui je sais, moi aussi je suis d’ici, mais je parle de ton pays d’origine. Antilles? Afrique?

Moi toujours butée : Ici

Lui : Ouais, mais tu vois ce que je veux dire.

Moi: J’ai été adoptée

Lui: Ah

Petit moment de silence gêné. Je ne viens de nulle-part, c’est quoi ta suite.

Lui un peu embêté : Ce sont des choses qui arrivent…

Moi : Oui

Miraculeusement il arrive à son arrêt me dit au-revoir et descend. Pfff, mais bien sûr.

Mais mon point reste le même. Cette question est une impasse. Je ne vois aucun enchainement de discussion qui puisse donner plus l’envie d’écouter la personne que si elle m’ avait abordée sans mention de mon origine.

Que le dragueur soit de ton pays d’origine ou non, il te drague de toute façon. L’origine n’a rien à voir vu que si vous êtes au bengue, il ne va pas t’inviter dans un restaurant ivoirien juste parce que tu es ivoirienne non ? (je me trompe ?).  Et si tu ne l’es pas, il va éviter de te plonger dans une ambiance 100% de son pays d’origine (si il est d’origine étrangère) pour une première invitation. Car en général, l’invitation qui doit suivre se fait dans un lieu “neutre”, plus serein où il ne risque pas d’être perturbé par des potes ou des ex-copines.

Donc où tout cela nous mène-t-il ? A quoi bon poser systématiquement la question ?

Si c’est pour éviter de faire un impair du style critiquer un pays ou ses ressortissants, ben de toute façon le gars rien que sur sa personnalité est « nexté » ( je parle pour moi hein).

Ou est-ce pour pouvoir te complimenter selon les critères culturels de chez toi? Exemple: “tu as la beauté des femmes Peuhl” ou “ah ! je reconnais les beaux traits ou le caractère bien trempé des femmes agnies” (Je suis moi même agnie).

Ça vous plaît ce genre de compliments? Personnellement pas du tout.

Je ne suis pas la seule qui a du mal avec cette question. Mon amie Alpho raconte:

“Il y a plus d’un mois maintenant, alors que je faisais mon jogging du soir mon attention fut attirée par un monsieur (la soixantaine par là), qui à coup de grands gestes, m’interpellait. Il était de l’autre côté de la route et me demandait de traverser pour le rejoindre.

Au début, je regardais autour de moi pour savoir s’il s’adressait vraiment à moi. Et il m’a fait comprendre que oui, il s’agissait bien de moi.

Finalement, il m’a demandé d’attendre là où j’étais et a traversé pour me rejoindre. En arrivant à mon niveau, il me dit en rigolant qu’à cause de moi, il a risqué de se faire renverser par une voiture.

La conversation commence alors :

Lui : Ca va ? Tu es de quel pays ?

Moi : Du Bénin.

Lui : Ah mais, on est tout proche alors, moi je viens du Burkina.

Moi : Ok

Lui : Je connais des béninois. J’ai des amis béninois. Là même, j’ai une amie béninoise qui m’a envoyé un Western pour que je l’aide pour certains papiers et tout…

Moi : Ok, c’est bien

J’avoue que je ne l’écoutais pas plus que ça…J’étais là, juste à dire ok, ok….

Lui : Je voulais t’inviter à prendre un pot dans le bar là. J’habite dans le coin, à cette adresse. Je suis un peu seul là, tu ne veux pas venir on va bavarder un peu?

Moi : Non, désolée, je suis vraiment pressée, faut que je rentre chez moi là…

Lui : Ok, bon à la prochaine alors.

Moi : oui, oui, c’est ça, à la prochaine. »

Bon le monsieur connaît des béninois … Ok, donc c’est quoi la suite ? Ah oui, le verre proposé à une jeune femme en plein jogging …

Bien-sûr tout le monde ne partage pas mon avis sur la question. Voici l’avis des deux autres amies.

Bibi:

“Si on était tous Sénégalais au Sénégal, on ne s’entendrait jamais demander “tu es de quel pays?”. Si les gens posent spontanément la question en France, c’est juste parce qu’on vient tous d’ailleurs. C’est pourquoi ça me semble naturel à moi que cette phrase surgisse souvent entre Noirs à l’étranger, et je ne vois pas de malaise à dévoiler son origine, même si c’est en préambule. Dans l’histoire de Alpho, je dirais juste que c’est le monsieur qui n’avait globalement rien à dire et surtout que Alpho non plus n’était pas intéressée. Si c’était le sosie de Common (rappeur/acteur agréable à regarder pour ceux qui ne connaîtraient pas), elle aurait peut-être même donné le nom de son village sans rechigner ! C’est ça que vous n’avouez pas. Et si le dragueur vous plaisait? La question vous semblerait-elle toujours aussi saugrenue que venant d’un faux type qui traîne à Châtelet (station de métro très fréquentée en population africaine en correspondance pour leur destination ou lieu de vagabondage de jeunes désœuvrés)? Enfin, quel est donc le moment propice pour demander l’origine de l’autre? Au premier RDV? Au 2ème? Après la 1ère nuit? Est-ce que ça fait une réelle différence avec le fait de le savoir tout de suite ?

Ce matin, ça m’est arrivé aussi. Un gars dans le métro m’a dit “Vous êtes mignonne, vous venez de quel pays?”. J’ai répondu. Il a répliqué “aaah mais tu es ma petite soeur ! Je viens même de rentrer d’Abidjan “. Et il a pris tout de suite une direction différente en me souhaitant : “Bonne journée, que Dieu te donne un bon mari !” Fin de l’histoire. Des fois, c’est juste pour parler, et l’intention était plutôt gentille, donc heureusement que je n’ai pas eu une réaction épidermique…”

Mary:

“Je suis d’accord avec Bibi, c’est le début de la conversation. Des fois même, la personne ne retient pas une seconde le pays d’où tu viens. C’est plus facile de poser cette question que de demander ce que vous faites dans la vie. Autre chose, lorsque les blancs vous draguent, ce n’est pas la même chose, la même question qui revient? Parce qu’en France, c’est tellement une habitude…”

Et vous, Afropolite, qu’en pensez-vous ?

7 Comments

  1. lucie
    18/04/2014 at 9:19 am
    Reply

    loool! j’ai été adoptée!

    • Karima
      18/04/2014 at 4:38 pm

      Très drôle, en effet!

  2. Karima
    18/04/2014 at 4:36 pm
    Reply

    En général, ca ne me dérange pas; mon avis est similaire à de celui de Bibi. Les seules fois où je suis agacée par cette question sont les suivantes: quand je n’ai aucun intérêt (pour une raison ou une autre) à parler avec la personne qui me l’a posée ou quand j’en ai marre (assez rarement) de satisfaire la curiosité de certaines personnes envers mon aspect étranger. Mais quand il s’agit de drague, comme Bibi le dit, si la question vient d’un Jesse Williams sur mon campus, mon adresse à Abidjan, Lomé et Porto-Novo seront disponibles aussi sec!

    En plus, je dois avouer être moi-même souvent coupable de demander aux gens leur origine. J’ai toujours apprécié la diversité des visages sur notre planète et ici aux Etats Unis, je suis servie. J’aime deviner d’où les gens sont issus sur la base de leur aspect physique, et avoir confirmation (ou être détrompée) sur mon avis. Mais comme je n’aborde pas les gens à tout hasard, je ne permets de leur demander leur origine que lorsqu’un sujet de conversation nous y mène. Et je crois qu’en général, la question passerait plus facilement si elle est plus subtile et naturelle.

    Le débat sur cette question est bien présent ici, de l’autre côté de l’Atlantique. Pas trop du côté intra-communautaire (même si la plupart des gens, surtout les plus jeunes, n’aiment pas être abordés par les “leurs” sur cette base) mais plutôt, come j’y faisais allusion un peu plus haut, lorsque la question de l’origine vient de la majorité blanche et qu’elle est vue comme une façon d’exclure, innocente ou pas, l’immigré ou descendant d’immigré, ou bien quand la personne à qui elle est posée se sent reléguée au rôle de créature exotique. Je crois que le fait que je sois Africaine de teint foncé rend la question sur l’origine plus acceptable venant de ma part. Mais bon, je crois que ce paragraphe appartiendrait plus à un autre article.

    Je parle beaucoup, haha, mais pour résumer mon avis, “Vous êtes de quel pays?” est juste une façon paresseuse de draguer, toute aussi agaçante qu’une autre du moment qu’elle ne vient pas d’un Anthony Mackie 😉

    • Elle
      27/04/2014 at 11:26 pm

      Drague paresseuse, c est exactement ça !
      Souvent le dragueur insiste lourdement pour connaître l’origine. Ça devient question pour un champion:
      Martinique ?
      Guadeloupe ?
      Euh Sénégal?
      Guyane, non pas la Guyane ? Si ?
      Et c est parti pour le tour de l Afrique subsaharienne.
      Et des fois super longtemps.
      Tout ce temps passé à dire à une jeune demoiselle qu elle ressemble aux 100taines de millions d africaines et autres assimilés de la terre, ne participe pas a la faire se sentir exceptionnelle aux yeux du dragueur.
      Une impression de : “je ressemble à toutes les autres” ou l opposé “je ne ressemble donc si peu à mes compatriotes pour qu il ne trouve pas.”

  3. Treichvillois
    20/04/2014 at 9:22 pm
    Reply

    Bibi a presque tout dit. C´est vrai que, d´entrée, la question peut paraître banale, voire bête.C´est juste un prétexte pour susciter une conversation, pour faire éventuellement connaissance.
    Entre hommes, ça ne pose pratiquement aucun problème. Quand nos chemins se croisent en Occident ou ailleurs qu´en Afrique, on éprouve parfois cette envie irrésistible de démontrer, d´exprimer son sentiment de solidarité, d´appartenance commune (continent ou couleur de peau)…On a tellement vécu des déboire de ce côté là, on a subi tellement
    d´humiliations que beaucoup d´entre nous ont appris avec le temps à réprimer ce sentiment surtout quand il s´agit d´une femme. Parce qu´on se dit qu´elle pense pertinemment que. Je vous épargne le détail. Et puis ça coûte quoi d´écouter d´abord le candidat-dragueur et de l´éconduire ensuite? Est-ce si difficile de dire qu´on est pas intéressé? Il y a un gros problème là!
    Il faut voir les même filles se faire virer par les blancs auxquels elles préfèrent demander leur chemin plutôt qu´à leurs frères blacks qu´elles dépassent royalement.
    Ceci dit, l´auteur aurait pu nous donner quelques leçons de conduite, à ceux qui n´ont pas que de mauvaises intentions. Parce qu´on est jamais assez bien préparé pour ces rencontres.

  4. Toyi
    29/04/2014 at 5:58 pm
    Reply

    Lol @ “Il faut voir les même filles se faire virer par les blancs auxquels elles préfèrent demander leur chemin plutôt qu´à leurs frères blacks qu´elles dépassent royalement.” J’avoue ne pas trop voir le rapport avec ce qui est discuté ici…

    Dans les exemples cités là haut, par ex Alpho, le dragueur est écouté mais il a dit quoi d’interessant avec la nationalité de Alpho ? Rien…C’est un peu ça le souci..ça ne mène souvent à rien. Dans le contexte de Karima par ex, je comprends et puis la façon subtile d’amener le sujet est un point positif et puis faut que le contexte s’y prête. Mais pas héler la fille dans la rue et lui demander sa nationalité tout de go quoi !

    Une approche que j’imagine(loin de moi l’idée de faire l’experte en drague hein,ça se saurait, lol),là en y pensant. Je me dis qu’on peut s’adapter au contexte (sans que ce soit forcément de la drague, juste même discuter avec quelqu’un qui nous semble sympathique)… Imaginons, la fille/le garçon entrain de lire, lui demander ce qu’elle/il lit, et amener la discussion sur le bouquin lu..ça peut peut conduire à un échange interessant, amener le sujet sur d’autres bouquins du même genre, du même auteur, etc, etc…

  5. Myna
    06/05/2014 at 2:27 pm
    Reply

    “J’ai été adoptée”, kiakiakia.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *