Blog posts

Qui veut la peau des influenceurs africains ?

Qui veut la peau des influenceurs africains ?

On reste poli, Opinion

Le 2 Mars dernier, se tenait les ADICOM Days, un évènement porté par les agences Totem Experience et Hopscotch Africa. Cette journée avait pour ambition de réunir les acteurs clés de la communication digitale africaine (marques, influenceurs et institutions) autour de 30 intervenants venus d’Afrique et d’Europe pour échanger sur les tendances social media, brand content et partager leurs insights marchés.

Pour cette première édition, les participants ont échangé autour du thème : “Brand Content & Marketing d’influence : moteurs de l’Afrique digitale”.

A en croire les retours sur l’événement (articles de presse, blogs, messages sur les réseaux sociaux…), cette journée a été une totale réussite ! La qualité des intervenants et des interventions, l’organisation logistique et l’originalité de l’événement ont été remarquées.

Mais il faut croire que cette journée où les « influenceurs » ont été mis sur le devant de la scène, a contrarié certains. En témoignent ces articles qui depuis sont publiés sur des blogs et relayés sur les réseaux sociaux.

Le concept même de l’influenceur est décrié ; son utilité en Afrique jugée nulle à ce stade.

Hamidou Anne, consultant en communication dans le secteur public, écrit régulièrement pour le Monde Afrique. Selon sa récente chronique pour ce média, « les influenceurs africains ne servent à rien », les jeunes devant plutôt être encouragés à faire de la politique.

Annadjib Ramadane, bloggueur tchadien, a réalisé un top 5 des raisons pour lesquelles on déteste les influenceurs en Afrique. Je ne sais pas vraiment si cet article doit être lu au second degré ou pas. Je vous laisse en juger.

C’est en voyant passer cet énième article de BTT Village qui juge de la stérilité des influenceurs en Afrique que je me suis dit qu’il y avait un réel problème. L’article est intitulé : Les « influenceurs » ou la stérilité de nos « reine » d’Angleterre.

Je ne suis pas la seule apparemment à avoir remarqué cet acharnement. Okédjè, blogueuse, communicante et créatrice de la plateforme “Deviens ton talent” a publié ce message sur sa page Facebook Okédjè Testimony


C’est fou mais depuis l’Adicom Days, beaucoup de personnes ont l’influenceur dans le collimateur. A part leur “taper” dessus avec des reproches qu’on connaît déjà, que fait ce média lui-même ?

Selon moi, une personne devient influenceur grâce à

  • sa fidélité à rester elle-même sur des sujets qui la passionnent et la préoccupent
  • sa capacité à les communiquer à d’autres qui sont touchés et donc la suivent.

Partant de là, on ne peut légitimement pas exiger de l’influenceur qu’il fasse plus que sa part. D’ailleurs, certains d’entre eux ont conscience de cette responsabilité et de cette autorité qui leur permettent d’avoir un impact sur les situations. Aussi, ils peuvent poster une publication d’indignation sans forcément poster toutes les actions sur le terrain.

Tous les sujets ne sont pas à la charge de tous les influenceurs ; l’essor de l’Afrique ne se résume pas, selon moi, uniquement aux problématiques énoncées dans cet article.  

By the way la reine d’Angleterre n’a certes (et encore j’ai des doutes) aucun pouvoir mais elle a beaucoup d’influence.


Voilà, c’est dit !

Et vous, qu’en pensez – vous ?

Photo d’illustration: série ivoirienne, The Geep, A+ | Page Facebook Okédjè Testimony


Mary

1 Comment

  1. Samantha Tracy
    15/03/2017 at 4:43 pm
    Reply

    Bonjour!
    Moi je pense personnellement que le terme “influenceur” est surfait et/ou mal compris. Ou mieux, c’est plus du “Marketing” qu’autre chose. C’est mon avis.
    Les ADICOM Day ont été une belle initiative, même si controversée.
    Récemment, Eudoxie Yao – pour parler d’elle – a reçu un prix qui la désignait comme “femme la plus influente d’Afrique”. Est-ce que ça rejoint le terme d’influenceur?
    Mieux, je suis avec une profonde admiration le blog LES GOURMANDISES DE KARELLE mais quelqu’un d’autre ne considérerait peut-être pas que ce blog a une influence.
    Bref, le terme se popularise et je pense simplement qu’il faut le recadrer. Pour mieux comprendre déjà sur quelles bases X est influenceur et Y ne l’est pas. Est-ce en terme de popularité? En terme de réalisation? En terme de qualité?
    Au lieu de voir QUE le diable dans les récriminations des uns et des autres (ou même de la jalousie 🙂 ), redéfinissons le terme.
    La bise.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *