Blog posts

Rentrée scolaire…Bibi n’aime pas l’école !

Rentrée scolaire…Bibi n’aime pas l’école !

Culture et Lifestyle
www.loiseauindigo.fr
www.loiseauindigo.fr

Premier jour d’école

Que de mots, d’émotions

Goûter et cartable au dos

Bouche en cœur, tête en l’air

Humer le parfum du savoir

Et croire en son pouvoir

Exit le soleil, la plage, les cocotiers, les jeux et le repos à longueur de journée… Retour à la réalité de septembre qui rime avec rentrée et nouveaux challenges ! Pour les mini-Afropolites, il s’agit bien sûr de la rentrée scolaire. La reprise des cours ou le début d’un long cheminement avec l’école.

Certains parents sont chanceux, leur progéniture adoooore l’école ! C’est l’impatience, l’enthousiasme, l’émerveillement !  Les enfants ont hâte de commencer une nouvelle année scolaire, retrouver leurs amis et amoureux (avouons-le, on en avait aussi à la maternelle ☺) , rencontrer le nouvel instituteur (un maitre ou une maitresse, gentil(le) ou pas ?)

Et sitôt la sonnerie de fin de journée retentie, ils vous racontent sans se lasser leurs premières journées et toutes les supeeeerbes choses qu’ils ont faites à l’école. Leur excitation fait plaisir, soulage les parents ; c’est tant mieux et à encourager. J’ai eu ma petite nièce Edna au téléphone cette semaine, et on peut dire qu’elle en avait des choses à dire. Elle m’a littéralement inondée de tous les faits divers de la classe et de la cour de récréation. J’ai eu droit à de gentilles anecdotes et de percutants jeux de mots. C’est sûr, elle fait partie des bienheureux écoliers.

Hélas, ce n’est pas le cas de nombreux enfants. En effet, pour d’autres, l’aventure est ambiguë. Elle s’annonce avec beaucoup d’inquiétude, d’appréhension, de terreur. C’est la grande inconnue ! Laisser le cocon douillet et familier de la maison pour se retrouver dans un environnement impersonnel avec de nouvelles règles et contraintes, de nouveaux visages n’est pas une chose facile! Petite pensée pour mon petit neveu Daryl qui a commencé son entrée en petite section jeudi dernier à Abidjan et qui a beaucoup pleuré. De plus, même pour ceux, pour qui l’école, ce n’est pas vraiment tout nouveau, on rencontre de la peur ou de la résistance. La magie n’opère pas ! Beaucoup d’enfants n’aiment pas l’école, qu’ils l’avouent, le montrent ou non. Bibi, notre héroïne de livre pour enfants, nous y reviendrons, n’a pas sa langue dans sa poche. Elle le dit haut et fort «Moi, je n’aime pas l’école. Je ne veux pas y aller, je ne veux pas y aller».

Avec une bonne préparation psychologique, l’épreuve des premiers jours est moins rude. Pour cela, je pense qu’on peut parler avec son enfant de toutes les jolies choses qu’il va découvrir et apprendre. Les parents pourraient répondre par exemple à ses questions «Pourquoi on va à l’école, on y fait quoi, est-ce indispensable ?» et anticiper ses préoccupations «Et si personne ne veut jouer avec moi, si la maîtresse ne m’aime pas,… ?». Ainsi, on le rassure du mieux qu’on peut avec des notes gaies en se promettant soi même de ne pas fondre en larme au moment de la séparation. Si si, les mamans Afropolites sont braves ☺.

Pour se familiariser avec l’école et y être à l’aise, on peut lire des bouquins pour enfants qui traitent du sujet. C’est mon humble méthode pour appréhender les nouvelles expériences avec mon fils. Pour le moment, nous en sommes à l’étape crèche et couches culottes ! On trouve de tout dans un livre. En ce qui concerne l’école, j’ai craqué pour Bibi n’aime pas l’école de l’écrivaine ivoirienne Muriel Diallo. C’est mon petit coup de cœur.

De quoi s’agit il exactement?

Bibi, je vous disais bien qu’on allait en reparler, est une jolie petite fille ivoirienne (je suppose de 4, 5 ans). Elle est maligne, drôle et touchante. Elle aborde chaque situation de la vie courante avec ses a priori d’enfant, ses angoisses et ses frayeurs. Progressivement, par son propre cheminement, Bibi finit par aimer ce qu’elle abhorrait au départ en y trouvant un intérêt croissant, des avantages, des points positifs. Ainsi, à partir de ce livre très joliment illustré, les parents peuvent discuter du thème sérieux de l’école tout en dédramatisant la situation. «Ah tiens, tu as peur de l’instit ? Comme Bibi!», «Et si, on faisait ensemble la liste de tout ce qui est positif à l’école ? Bibi et son papa, eux ont relevé ceci…». Le but est de permettre à l’enfant de raisonner, d’expliquer, de questionner, de trouver des échos à ses propres interrogations et surtout d’être rassuré par les réponses de papa ou maman.  Avec Bibi n’aime pas l’école, on reconnait à l’enfant le droit de ne pas aimer cette institution. On assume ensemble ses craintes et on cherche à les réduire une par une grâce à de bons contre-arguments adaptés à son âge. En outre, les couleurs vives, les images, l’âge du personnage principal, le contexte culturel permettent aux filles et garçons de s’approprier l’histoire et de parler de l’école de manière ludique.

Je trouve que Bibi n’aime pas l’école est un livre à partager avec les tout petits qui débutent la maternelle ou le CP.

D’ailleurs, si vous appréciez Bibi n’aime pas l’école ,vous allez probablement aimer toute la collection Bibi n’aime pas…

Le principe est le même : chaque petit livre permet à l’enfant de découvrir avec ses parents les avantages et les petits bonheurs d’une situation qui paraissait au départ catastrophique, désespérée, et qui devient agréable, très intéressante au fil des pages.

Pour les plus grands, plus de 6 ans, je recommanderais volontiers Max n’aime pas l’école de Dominique de Saint Mars. J’aime beaucoup cette bande dessinée «Max et Lili …» découverte il y a 2 ans en flânant dans une FNAC parisienne. Max n’aime pas l’école est écrit dans la même veine, pour faire apprécier l’école mais avec des préoccupations sensibles à des écoliers du cours élémentaire.

www.athomepc84.com
www.athomepc84.com
Pour aller plus loin, le site La mare aux mots recense un nombre impressionnant de livres, imagiers et autres qui parlent de l’école.

Et vous Afropolites, le refrain « Je ne veux pas aller à l’école » vous connaissez ? Comment avez-vous vécu cette rentrée scolaire ?

 

1 Comment

  1. lucie
    26/09/2014 at 11:40 am
    Reply

    Oui Eve, je connais bien ce refrain. Mais je connais fort heureusement son contraire aussi “maman, je veux aller à l’école, je veux voir ma maîtresse, je veux voir mes amis”. 🙂 merci pour cet article. Je crois que je vais voir dans quelle mesure acquérir ces livres pour ma petite S.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *