Blog posts

Salon WaWW Paris par Pagnifik: bien au delà de la mode

Salon WaWW Paris par Pagnifik: bien au delà de la mode

Afrolife, Arts et entertainment, Culture et Lifestyle

Les 7 et 8 Juillet prochain, Pagnifik organise à Paris son salon Wax a Wonderful World, WaWWParis. Afropolite prendra part à cet évènement qui s’annonce prometteur, via notamment l’animation d’un corner pour les enfants. Il semble qu’il y ait beaucoup de nouveautés prévues à ce salon. Nous avons donc donné la parole à son organisatrice, Mary Nguetta, afin d’en savoir plus.

Et comme nos lecteurs afropolites sont friands d’exclusivités, nous n’avons pas manqué d’approfondir l’interrogatoire pour vous ramener des infos inédites !


Afropolite : “Hello Mary, peux-tu te présenter en quelques mots, aux quelques lecteurs qui ne te connaitrait pas encore ?”
Bonjour à la team et à tous les Afropolites. Alors je suis Mary Nguetta, jeune femme noire ivoirienne, française et fière du riche patrimoine culturel de l’Afrique et des modes qui en découlent. En 2012, j’ai créé Pagnifik un blog dédié en première intention à parler du pagne wax. Au fil du temps, Le blog s’est enrichi pour aborder d’une manière plus générale les textiles africains, l’évolution de la scène mode afropolitaine.

Dans la suite logique de Pagnifik, j’ai créé Wax a Wonderful World en 2014 pour permettre la rencontre entre les marques de prêt-à-porter et leur public.

Afropolite : “Qu’est-ce qu’évoque pour toi la mode africaine ? Quel est ton rapport personnel avec cette mode ?”
La mode africaine me séduit par sa diversité; d’ailleurs, les puristes pourraient dire qu’il n’existe pas une mode africaine, vu que les créateurs peuvent puiser leur inspiration en Afrique tout comme ils peuvent simplement rester dans la lignée de ce qui fait la mode en général en imprimant leur touche.

En créant Pagnifik, mon objectif était de mettre en lumière des marques et des créateurs, donc disons que cet aspect de valorisation me tient beaucoup à cœur. Autant que je peux, je soutiens concrètement en achetant des créateurs de marques afro.

Afropolite : “Wax A Wonderful World va de nouveau ouvrir ses portes le 7 juilletprochain, après 6 éditions, quelle est l’ambition affichée ?”
Eh oui! WaWWParis c’est dans très bientôt. Mon ambition tient en quelques mots: faire mieux que les précédentes éditions en étoffant la programmation et améliorer l’organisation pour la professionnaliser !

J’espère de cette manière attirer un public plus nombreux et permettre aux marque,s qui m’ont fait confiance avec cette édition, de séduire encore plus de personnes et augmenter leur visibilité.

Afropolite : “Les salons autour de la mode africaine, ou dite ethnique, se multiplient, qu’est-ce qui doit pousser nos lecteurs à s’intéresser très particulièrement à WaWW Paris 2017 ?”
Oui je suis bien au fait de l’actualité sur ce domaine et des événements qui se tiennent au niveau de la région parisienne. Et j’ai bien conscience qu’il y a beaucoup de choses qui sont proposées au public.

J’entends apporter une valeur ajoutée avec WaWWParis, notamment de part la programmation: il ne s’agit pas seulement de proposer un espace Shopping. Sur cet aspect, les visiteurs seront servis car en plus de marques connues en France, ils pourront retrouver des marques qui viendront spécialement d’Allemagne, de Côte d’Ivoire et du Bénin pour participer à cette édition.

Mais en plus, grâce à une collaboration avec des artistes et des passionnés de culture, WaWW c’est aussi un lieu de découvertes artistiques et culturelles.

L’objectif est d’aller au delà de simples vêtements ou accessoires mais aussi de s’immerger au sein des cultures qui inspirent cette mode. Les animations ont aussi toute leur place à WaWW: les visiteurs en y venant sont assurés de passer du bon temps et de pouvoir ainsi garder de bons souvenirs du salon.

Afropolite : “A quelles nouveautés pouvons-nous nous attendre pour ce WaWW Paris 2017 ?”

Beaucoup de nouveautés sont prévues pour cette édition 2017. En tout premier lieu, la soirée de lancement qui ouvrira les festivités. Au programme de cette soirée, un cocktail de bienvenue, des défilés thématiques, un showcase musical.

Le lendemain samedi, nous avons prévu un corner Enfants où des animations adaptées à leu niveau sont prévues autour des cultures africaines. Il y a aussi le Corner Jeux et Littérature qui promet de belles surprises à découvrir sur place.

WAWW-2017-Paris-Salon-Mode-Afro

Afropolite : “Qu’est-ce qui t’enthousiasme le plus concernant le programme de cette édition ?”
Alors je dirai sans hésiter la soirée de lancement ! Il y aura des défilés, un showcase musical, un cocktail et la découverte du Corner culturel préparé par Nooru Box.

Parmi les défilés, il y en a qui sous forme d’un concours de créations: les marques ont reçu du wax de la marque Julius Holland notre partenaire et sont en ce moment en train de confectionner la tenue qu’elles présenteront le jour J. C’est prometteur !

Avec cette programmation, l’objectif est de plonger les visiteurs dans l’ambiance WaWW et de leur offrir une belle soirée. Un challenge que j’espère relever avec tous les partenaires de cette soirée.

Afropolite: C’est la 6ème édition de WaWW quelles sont les évolutions positives / agréables que tu enregistres sur l’événement ?  Qu’est ce que ça dit du marché du wax?
Je suis reconnaissante envers Dieu pour tout le chemin parcouru et l’évolution. La première édition a été organisée en 3 semaines et il y a eu environ 200 visiteurs. À la 4ème édition en Décembre 2015, un peu moins de 600. Et l’été dernier, pour la première édition payante, pas moins de 1200 personnes sont venues.

C’était un énorme challenge que de rendre l’événement payant. Beaucoup m’ont d’ailleurs découragé de le faire… donc je dirai que la qualité et l’investissement paient !

Parmi les éléments positifs, il y a donc cet engouement grandissant aussi bien du côté des marques participantes, la possibilité de collaborer avec des partenaires experts dans leur domaine (je pense notamment au volet Art et Culture), et ce sentiment de pouvoir contribuer à ma manière à la valorisation de talents.

WaxaWonderfulWorld-ambiance1

Afropolite : “Nous avons également suivi de près, l’édition de fin 2016 qui s’est tenue à Abidjan, quelles leçons en as tu tirer ?
L’édition à Abidjan a été riche en enseignements. Organiser un événement de cet ampleur à distance est loin d’être évident; il faut maîtriser un minimum les codes locaux et les habitudes. C’est tout cela que j’ai pu apprendre; notamment je me suis rendue compte que là-bas, une bonne partie du financement se fait grâce à des sponsors et partenaires. Or pour trouver les dits sponsors et les bonnes portes d’entrée, c’est la croix et la bannière.

Je ne dis pas que c’est plus facile de trouver des sponsors en France mais ici au moins, de mon expérience, on peut tenter quelque chose sur fonds propres.

Sinon l’accueil a été bon, aussi bien du côté des visiteurs que des marques. Mais je ne vais pas vous cacher que la préparation a été éprouvante, surtout que j’ai eu des soucis personnels dans la même période.

WaWWAbidjan-Photo (174) WaWWAbidjan-Photo (178)

Afropolite: Est-ce que d’autres éditions sont prévues en Afrique subsaharienne ou même ailleurs, comme en Amérique du Nord ? Quels pays t’attireraient ?”

Non je ne pense pas, en tout cas pas à court terme, organiser quelque chose ailleurs; mes frêles épaules n’en ont pas la capacité. J’ai osé Abidjan parce que c’est ma hometown et j’y ai ma famille, mon réseau. Je pense que les gens qui me demandent de tenter une autre ville ne se rende pas compte de tout ce que ça implique en termes d’organisation, d’anticipation et de choses à gérer.

Mais en même temps, ça me flatte qu’on me suggère d’exporter l’expérience ailleurs. Ça signifie qu’on y trouve de l’intérêt et c’est donc encourageant.

Qui sait peut être que dans quelques années, j’aurai la possibilité d’envisager une autre ville. A ce moment là, pourquoi pas Kinshasa ( Pagnifik y a de nombreux lecteurs , c’est la 3ème ville après la région parisienne et Abidjan) où Dakar car j’aimerais bien découvrir la ville.

Afropolite: Après de 5 ans de Pagnifik et 3 ans de WaWW, tu ne satures pas un peu du wax ? T’arrives t’il encore d’être étonnée / émerveillée par des découvertes, des nouvelles créations ?  Quelle est ta plus grande frustration ? 
J’avoue je sature, non pas du wax, mais du manque de créativité des marques qui se lancent maintenant. Je me demande en fait pourquoi et comment elles n’arrivent pas à percevoir que l’offre est déjà conséquente sur le marché.

Encore je comprends celles qui se lancent avec de gros moyens et ont une vraie démarche marketing et un univers différenciant. Mais comment comprendre celles qui sont à un stade très débutant et ne proposent rien de neuf… Sinon heureusement, je continue d’être émerveillée par de nouvelles découvertes, des collections de certaines marques qui explorent à chaque fois de nouvelles possibilités. Surtout aux US, au Ghana et en Côte d’Ivoire.

Ma plus grande frustration, c’est de voir les textiles africains peu mis en valeur. D’ailleurs Pagnifik fait écho au pagne; il existe plusieurs sortes de pagne, le wax en fait partie mais il n’est pas le seul. Malgré le challenge que cela implique, j’aimerais voir plus de marques et plus d’engouement autour des pagnes africains: le ndop, le batik africain, l’adinkra, le toghu….

Afropolite: Le mot de la fin ?
Merci à la team Afropolite de cette occasion que vous me donner ! Et merci aussi pour votre collaboration (NDLR: Afropolite animera une session Contes et Lecture au Corner Enfants lors de WaWW)

Et donc rdv les 7 et 8 Juillet prochain

Site Pagnifik www.pagnifik.com
Site dédié au salon WaWW http://www.waxwonderfulworld.com/
Billetterie http://www.waxwonderfulworld.com/billetterie

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *